Les chiens ont un flair exceptionnel, ça nous le savons tous. On utilise d’ailleurs de plus en plus leur extraordinaire capacité pour détecter certaines maladies comme le cancer ou encore la maladie de Parkinson. Il n’est donc pas insensé de penser que les chiens pourraient détecter le coronavirus !

Face à la possibilité d’une 2e vague de coronavirus, la détection du virus par le chien semble être une piste sérieuse pour éviter un nouveau confinement. Alors comment forme-t-on les chiens au dépistage de la Covid-19 ? Le flair des toutous est-il le test le plus fiable pour détecter le coronavirus ?

On vous explique tout dans notre article !

L’odorat : le super pouvoir du chien

Les chiens possèdent un odorat très développé, on dit qu’ils sont macrosmates. En effet, la truffe d’un chien possède en moyenne 220 millions de récepteurs olfactifs. C’est 40 fois plus que pour un homme ! Et comme si cela ne suffisait pas, les chiens possèdent également une membrane dans le museau qui divise l’arrivée de l’air en 2. Une partie sert à respirer et l’autre sert à identifier les odeurs. La majorité de l’air est d’ailleurs envoyée dans cette 2e partie.

Les chiens sont également capables de dissocier les odeurs, c’est à dire d’identifier une odeur particulière parmi un mélange d’odeurs. Cela leur permet de retrouver leur maître ou encore de savoir où est leur nourriture.

C’est ainsi que les chiens sont devenus nos meilleurs alliés pour retrouver des personnes disparues ou pour détecter des substances illicites ou encore des bombes.

View this post on Instagram

COVID19 Detection Dog in training, Jasper, has been putting his nose to good use learning how to detect an odour and tell us when he's found it. Soon, he'll transfer this skill to detecting samples of the virus and help us understand whether it has it's own unique odour and how strong it is. There is also always time for a sniff round the paddock too, in case that has any unique odours of it's own… @lshtm @durhamuniversity #medicaldetectiondogs #biodogs #biodetectiondogs #thenoseknows #dogssavinglives #dogswithjobs #dogsofinstagram #dogs #dogsofinsta #covid19 #covid #covid_19 #coronavirus #thenoseknows #dogsintraining #spanielsofinstagram #spaniel #cockerspaniel #workingcocker

A post shared by Medical Detection Dogs (@medicaldetectiondogs) on

A présent , nous savons que certaines maladies respiratoires modifient l’odeur corporelle. Le coronavirus étant une maladie respiratoire, la question de son identification par les chiens s’est vite posée. Pour en avoir le coeur net, une étude est en cours en France.

Découvrez Emprunte Mon Toutou:

La plateforme qui vous permet de faire garder votre toutou ou bien de passer des moments magiques avec un toutou en toute sécurité.

Vous adorez les chiens mais ne pouvez en avoir ?
Vous partez en weekend, en vacances, vous avez besoin de quelqu’un pour sortir votre chien de temps en temps pendant la journée ?

Rejoignez plus de 200 000 membres dans toute la France !

Inscription gratuite

Comment forme-ton les chiens ?

Le professeur Dominique Grandjean, professeur à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort et colonel au sein de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris est à la tête de l’étude « Nosaïs » visant à déterminer si les chiens sont capables de détecter le coronavirus grâce à leur flair.

Les chiens qui ont intégré l’étude ne sont pas des débutants. Il s’agit principalement de bergers belges malinois de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris. Ils peuvent apprendre une nouvelle odeur en 4 à 5 jours.

Comment leur apprend-on une nouvelle odeur ? Tout d’abord, on place des tampons d’ouate sous les aisselles des malades pour recueillir leur sueur. On enferme ensuite ces tampons dans un bocal hermétique pendant 24h afin d’être sûr que ces échantillons ne peuvent plus transmettre le virus. Ensuite, on place un échantillon dans un bocal stérile à l’intérieur d’une trappe, près du jouet préféré des chiens. Le chien va venir flairer l’odeur puis prendre son jouet. De cette façon, l’apprentissage ressemble à un jeu pour le toutou ! Après quelques jours, on place le chien devant plusieurs échantillons dont un seul est positif. Pour identifier l’échantillon positif, le chien doit s’asseoir devant.

Les chiens ne sont jamais directement exposés au virus par mesure de précaution.

Le professeur Grandjean évoque un taux de réussite de 95%, ce qui est plutôt encourageant. En effet, les tests existants et actuellement utilisés ne sont pas totalement fiables.  Par exemple, le test PCR n’est fiable qu’à 70%. La détection par les chiens serait donc un moyen rapide, fiable et non invasif de dépister la maladie.

Si l’étude s’avère concluante, les chiens pourraient être placés dans les aéroports, les gares, etc. et détecter les voyageurs porteurs du coronavirus. Un chien pourrait passer au crible jusqu’à 250 personnes par heure !

D’autres études sont en cours

Plusieurs personnes ont eu l’idée d’utiliser le flair des toutous pour dépister le coronavirus. D’autres études sont en cours, à Strasbourg, en Corse ou encore au Chili.

Au Royaume-uni également,  l’organisation Medical Detection Dog, forme des cockers et des labradors avec le soutien du gouvernement britannique. Medical Detection Dog forme habituellement les chiens au dépistage du cancer, de la maladie de Parkinson et bien d’autres.

Si la détection du coronavirus par le chien est retenue, les chiens pourraient être déployés à partir du mois d’août dans le meilleur des cas.

Nous espérons que cet article vous a plu. Pensez-vous que les chiens nous aideront bientôt à dépister le coronavirus ? N’hésitez pas à nous donner vos impressions en commentaire !

Tout le monde devrait pouvoir bénéficier de l’affection d’un toutou !

A bientôt sur Emprunte Mon Toutou !