Savez-vous que les chiens aussi peuvent souffrir d’un AVC ? L’accident vasculaire cérébral est plus rare chez le chien que chez l’homme, mais il est tout de même indispensable de bien le connaître afin de pouvoir réagir rapidement. En effet, la rapidité de prise en charge est déterminante pour la suite. Alors, même si on vous souhaite de ne jamais y être confronté, voici tout ce que vous devez savoir sur l’AVC.

Qu’est-ce qu’un AVC  ? Quels en sont les symptômes pour les chiens ? Nous allons répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser sur l’AVC chez le chien.

Découvrez Emprunte Mon Toutou:

La plateforme qui vous permet de faire garder votre toutou ou bien de passer des moments magiques avec un toutou en toute sécurité.

Vous adorez les chiens mais ne pouvez en avoir ?
Vous partez en weekend, en vacances, vous avez besoin de quelqu’un pour sortir votre chien de temps en temps pendant la journée ?

Rejoignez plus de 300 000 membres dans toute la France !

Inscription gratuite

Qu’est-ce que l’AVC ?

L’AVC (Accident Vasculaire Cérébral) désigne un dysfonctionnement de la circulation sanguine conduisant à une mauvaise irrigation du cerveau. L’AVC a pour conséquence la survenue soudaine de troubles neurologiques. En effet, le sang ne circulant plus, le cerveau n’est plus oxygéné et ne peut donc pas fonctionner correctement.
L’AVC chez le chien comme chez l’homme peut laisser des séquelles irréversibles, en particulier si la prise en charge se fait attendre. Il s’agit d’une urgence vétérinaire absolue.

Il existe différents types d’AVC chez le chien :

  • L’AVC ischémique : aussi appelé infarctus cérébral. Il désigne un AVC résultant de l’obstruction d’une artère cérébrale en général due à la présence d’un caillot. L’artère étant « bouchée », le sang ne peut plus circuler dans le cerveau, le privant d’oxygène. Le cerveau ne fonctionne donc plus comme il devrait, et cela cause des troubles neurologiques.
  • L’AVC hémorragique : comme son nom l’indique, l’AVC hémorragique est causé par un saignement situé autour du cerveau. Le saignement cause une forte compression, qui va augmenter la pression intra crânienne. Cela aura pour conséquence la survenue de lésions au niveau du système nerveux central du chien.
  • L’AVC secondaire : ce type d’AVC est lié à un traumatisme crânien.

L’AVC hémorragique est l’AVC le plus compliqué à soigner, et fort heureusement, le plus rare.

Quelles sont les causes de l’AVC chez le chien ?

Plusieurs causes peuvent être à l’origine d’un AVC chez un toutou.

La cause la plus fréquente d’AVC est le vieillissement. Avec l’âge, les vaisseaux sanguins ne jouent plus leur rôle aussi bien, ce qui peut occasionner des troubles circulatoires provoquant la formation de caillots, ou encore de lésions hémorragiques.

L’hérédité est également une cause d’AVC. Certains toutous possèdent une mauvaise circulation sanguine. D’ailleurs, certaines races de chien comme le Berger Allemand, le Caniche ou encore le Labrador sont prédisposées à l’AVC.

Comme nous l’avons vu plus haut, un traumatisme crânien peut causer un AVC secondaire.

La rupture d’anévrisme est également un facteur pouvant déclencher un AVC chez un chien. L’anévrisme consiste en la dilatation d’une artère causant la rupture d’une paroi sanguine.

L’hypertension, les maladies cardiaques, rénales ou endocrinienne peuvent également augmenter le risque que le chien fasse un AVC.

Enfin, la présence de tumeurs, qu’elles soient malignes ou bénignes,  constitue également un risque d’AVC.

Toutefois, dans la majorité des cas, la cause de l’AVC ne pourra pas être identifiée, on parlera alors d’AVC idiopathique.

berger allemand, race de chien prédisposée aux AVC

© unsplash.com

L’AVC chez le chien : symptômes ?

De nombreux AVC surviennent de manière très soudaine et impossible à prévoir. Si tel est le cas de votre toutou, vous pourrez observer des symptômes d’ordre neurologique comme la paralysie d’une partie du corps ou de la face, ou encore des claquements de la mâchoire.
Il est également possible que l’AVC surviennent à un moment où vous n’êtes pas avec votre chien.
Vous pourrez soupçonner la survenue d’un accident cérébral si vous trouvez votre chien dans un endroit où il n’a pas l’habitude d’aller, allongé et ne parvenant pas à se relever, et entouré de vomi.
Dans certains cas, des symptômes peuvent apparaître avant le début de l’AVC, en voici quelques exemples :

  • un regard vague
  • une faiblesse soudaine
  • des tremblements
  • des convulsions
  • la perte soudaine d’équilibre
  • une démarche bancale
  • une désorientation
  • l’absence de réaction à vos sollicitations
  • une perte de connaissance
  • des mouvements involontaires des yeux (nystagmus)
  • la tête penchée sur le côté sans raison

Si un ou plusieurs de ces symptômes apparaissent brutalement chez votre chien ou le chien que vous gardez, appelez immédiatement le vétérinaire ou les urgences vétérinaires. Il est important d’agir vite. En effet, on estime que chaque heure supplémentaire avant la prise en charge de l’AVC diminue les chances de survie de 20%.

Si vous le pouvez, notez les symptômes observés et l’heure à laquelle ils sont apparus. L’ordre d’apparition des symptômes est également une information importante pour votre vétérinaire.
En attendant, rassurez votre compagnon à quatre pattes et essayez d’établir ou de maintenir le contact visuel et verbal. Soyez tout de même prudent, car si la crise est epileptiforme, il est possible que votre chien ne vous reconnaisse pas, il y a alors un risque de morsure.

Carlin se reposant sur le canapé

© unsplash.com

Comment soigner l’AVC chez le chien ?

Avant de traiter l’AVC, le vétérinaire devra stabiliser l’état du chien. Ensuite, il effectuera des examens ( IRM, bilan sanguin par exemple) afin de déterminer la cause de l’AVC. Si ce dernier a été provoqué par une maladie sous-jacente ou la présence d’une tumeur, un traitement au long cours sera proposé pour éviter une éventuelle rechute.

Si l’AVC a occasionné des séquelles neurologiques, une rééducation parfois longue peut être nécessaire.
Le repos est le meilleur traitement, il permettra au cerveau de récupérer.

L’AVC provoque très souvent des séquelles, comme par exemple :

  • une paralysie totale ou partielle
  • la surdité
  • des problèmes de vue
  • la perte d’odorat
  • des difficultés à manger
  • des problèmes de démarche
  • l’incontinence
  • des séquelles cognitives

Elles ne sont pas toujours irréversibles heureusement.

Quoi qu’il en soit, après un AVC, votre toutou aura droit à quelques aménagements pour son confort de vie : il faudra lui donner de la pâtée plutôt que des croquettes, le laisser quelques jours au repos, éviter de le faire courir, lui mettre ses jouets et sa gamelle d’eau près de lui et lui proposer un couchage douillet et facile d’accès.

Si l’AVC est pris en charge tôt, le pronostic est plutôt bon.

À présent, vous savez tout sur l’AVC chez le chien. Nous espérons que cet article vous aura été utile et vous permettra d’être vigilant concernant votre toutou.

Si vous souhaitez partager votre expérience ou si vous avez des conseils à donner sur ce sujet, n’hésitez pas à le faire en commentaire !

Tout le monde devrait pouvoir bénéficier de l’affection d’un toutou !

A bientôt sur Emprunte Mon Toutou !